C’est par une belle journée ensoleillée que nous nous sommes retrouvés à la ferme de Jean-Pierre pour le grand nettoyage printanier… En fait, ensoleillé est un pur euphémisme… c’était de la câââgne qui tombait ! Une chaleur !!! Man !!! Mais croyez-vous que cela a arrêté les fourmis que nous sommes ? Les balayeurs, épousseteurs, cireurs, déménageurs que nous sommes ? Méééé que nenni ! Voyez plutôt !

20140602_110522

20140602_110532

20140602_111846

20140602_115713

20140602_150055

Le bec béat, le coq a rapatrié ses poules à l’abri, redoutant une chute de Martine l’intrépide…

20140602_150255Vous vous rendez compte ? Pendant que nous nous échinons, suons, trimons, certains trouvent le temps de s’amuser !! Meuh je galèje, bien sûr… Non, là, Babeth et Nadine calculent et préparent (déjà !) les emplacements de nos gentils producteurs et artisans pour la fête champêtre qui aura lieu, je vous le répète, le dimanche 6 juillet… à nous les bons pains de campagne cuits au feu de bois dans le vieux four de la ferme !

20140602_150410

20140602_151231

20140602_150342

20140602_111036

Alors, là, c’est vrai, je vous dois une explication… Malheureusement, elle ne sera pas illustrée comme je l’escomptais. Pour tout vous dire c’est un épisode de la matinée qui a dû durer plus de deux heures ; j’avais pris pleins de photos illustrant toutes les scénettes de cet épisode mais malheureusement, par un mauvais coup informatique, je les ai toutes perdues. C’est bien dommage !

Cela a commencé dans la cave où sont exposées les bouteilles : impossible d’ouvrir notre aspirateur « bidon » (aux deux sens du terme ce jour-là…). Nadine appelle donc Martine pour lui demander de l’aider pour ouvrir cet aspi. Après tout, peut-être y-a-t-il un truc ? Martine a beau essayer, pas moyen. Elles appellent Georges pour les aider à ouvrir cet aspirateur récalcitrant. Il essaie à son tour, pas moyen. Il s’assied alors sur une murette et étudie très sérieusement la notice.

Babeth arrive sur ces entrefaites, et essaie à son tour d’ouvrir ce bon à rien d’aspirateur.

Ah ! Je les regrette mes photos, parce que vous n’avez jamais vu autant de monde penché, agenouillé, se grattant la tête, tirant, poussant, dévissant, tout ça autour d’un « bon sang de bon sang » d’aspirateur !

Christian passant par là, lit la notice par-dessus l’épaule de Georges et se met à son tour à essayer d’ouvrir notre aspirateur malveillant. Il décide de l’emporter jusqu’à la salle d’expo où là, il le dépose sur une table. Ah ! Déjà c’est mieux, on n’a plus à s’agenouiller, la bête étant à hauteur de mains. Bernard et Georges arrivent, se grattent eux aussi la tête, et décident d’employer les grands moyens : un maillet en bois d’un côté, une planche et un marteau de l’autre, et vas zy que je te tape dessus ce grooooooooos nom dé diou d’aspirateur ! Rien ! Que dalle !

Au bout de deux heures, dépités, nous abandonnons dans la cour cet aspirateur infernal.

Ce n’est que dans l’après-midi, Christian voyant Hélène et Denise autour (encore !) de cet emplâtre d’aspirateur, que calmement, il l’étudie à la lumière du jour et là, il s’aperçoit (enfin !) que les dépanneurs, chez qui Babeth avait emmené la bête à réparer, avait monté une pièce à l’envers !!! Sacrebleu !!

 

Ah !!! Tout ça pour vous dire que ça y est, la ferme est propre, rutilante, prête à vous accueillir demain pour notre vernissage !!! Nous sommes HEUREUX à l’idée de vous rencontrer, et de vous présenter notre nouvelle exposition, nos nouveaux artistes, et de fêter avec vous dans la joie les 10 ANS de notre association !

Alors, à demain les zamis !

Mariejo Goulard

 

Publicités